Comment j’ai appris que j’allais être papa, suite

Comment j'ai appris que j'allais être papa, suite

Après avoir appris qu’il allait être papa d’une façon peu conventionnelle et pas du tout romantique (voir Comment j’ai appris que j’allais être papa !), voici comment William a réagi …

L’annonce de la grossesse ou l’art de ne pas paniquer.

Par William H.

Soyons très clair, ami Futur Papa. L’annonce de la grossesse de ta petite femme sera gravée dans ta mémoire pour le reste de ta vie. Alors autant ne pas le gâcher avec des « non mais t’es sûre ? » ou des «on peut encore partir en vacances cet été j’espère ! », car tu risques de le regretter.

Alors oui, dans mon cas, ELLE ne m’a pas ménagé avec ses SMS, mais il faut vous mettre une bonne fois pour toute dans la tête que, durant les 9 prochains mois, ELLE aura toujours raison ! Enfin, c’est ce que vous devez lui faire croire !

Donc, ami Futur Papa, quelle que soit la forme que prendra l’annonce de la grossesse, surtout, ne PANIQUE PAS ! Car dans mon cas, on peut dire que j’ai fait tout le contraire…

Tu te souviens les SMS de ma douce? Eh bien, à peine reçu, j’ai plié mon ordinateur portable, attrapé ma veste et mes clés de voiture, dévié un « Mais qu’est-ce qui te prend, t’as la diarrhée ? » de mon collègue Régis (d’une très grande élégance, tu en conviendras), grillé 4 feux rouges et je suis arrivé dans mon quartier en battant le record du monde de vitesse.
Et oui quand on apprend qu’on va être père, on a peur de rien !

Je me suis garé sur une voie de bus (la fourrière ? Même pas peur je te dis !) et j’ai foncé vers la pharmacie la plus proche de chez nous.

Pour te peindre le tableau de cet après-midi de juin, le temps était magnifique : pas un nuage dans le ciel bleu de Paris. Il faisait si beau que, dans mon élan, je n’ai pas vu que la porte vitrée de la pharmacie était fermée.

Je te laisse imaginer la suite mais je peux te dire que la petite vieille, qui achetait son paquet de pastilles au miel hebdomadaire, a cru à un attentat terroriste quand mon front s’est écrasé la vitre.

Bref, une bosse aussi grosse qu’un œuf et une compresse de Synthol plus tard, j’arrive enfin à balbutier 3 mots pour faire comprendre à la pharmacienne que je veux acheter un test de grossesse :

– Oui bien sûr, lequel désirez-vous ?
– Euh, celui qui vous dit que vous êtes enceinte ou pas ?
– Oui, ça va sans dire, mais quelle marque monsieur ? Clearblue ? Protex ? Primastick ? Predictor ? First Response ? Avec bandelettes ou une tige absorbante ?
– J’ai perdu le fil après Primatruc…
– Monsieur, concentrez-vous, c’est très important !
– Sans rire ! Je viens de me prendre une porte vitrée dans la poire parce que justement c’est important, alors ne la jouez pas vendeuse Tupperware et donnez-moi le premier qui vous semble le plus performant !
– Hmmm, hmmm… Prenez celui-ci, avec un affichage digital du résultat.
– Parfait, combien ?
– 25 € monsieur.

Et c’est à partir de ce moment, que j’ai réalisé que l’achat de ce test serait le premier d’une longue, très longue liste. Mais nous reviendrons sur le business du « je-déplume-les-futurs-papas-et-mamans » plus tard.

Ce post vous a fait rire ? Allez découvrir d’autres Témoignages de parents !!!

Continuons la lecture, par ici